Conférence du Dalaï Lama sur l'art du bonheur à Toulouse Août 2011

 

J’ai eu le plaisir d’assister aux conférences données par le Dalaï Lama à Toulouse les 13, 14 et 15 août 2011.

Les 2 premiers jours étaient sur l’étude d’un texte et prières les étapes de la méditation, livret II(Bhavanakrama - sgom rim bar pa), œuvre de Kamalashila.

La conférence du lundi 15 août était sur l’art du Bonheur

C’est cette dernière conférence que je vais tâcher de résumer ici.

Pour être heureux c’est important d’avoir une discipline personnelle  qui vise à se comporter en adéquation avec ses valeurs, d’agir avec éthique.

Mais tout d’abord qu’est-ce-que l’éthique ?

L’éthique c’est prendre soin de l’autre, se sentir concerné par le bien-être des autres et par leur situation. Cela ne sous-entend pas la négligence de son propre bien-être car j’ai autant le droit que tous les êtres de trouver le bonheur et d’éviter la souffrance.

L’homme est un animal social et pour mener une vie heureuse il doit apprendre à se relier aux autres de manière positive et constructive

Le respect de l’autre est donc le fondement de la discipline personnelle.

Notre existence repose sur l’affection. Nous serons en meilleure santé si nous sommes entourés de personnes positives et inversement un univers de stress provoque des conséquences négatives sur la santé.

Il y a actuellement des échanges qui s’installent entre les moines et la science médicale. Des études démontrent qu’un esprit calme et libre de stress favorise une meilleure santé. De même, un patient qui suit un traitement médical a plus de chances de guérir s’il est moins anxieux.

Un esprit calme est essentiel pour vivre en bonne santé.

Comment le développer ? Qu’est-ce qui trouble mon calme intérieur ? Pourquoi j’éprouve parfois de la colère, de la haine ou de la peur ?

Quand les autres prennent soin de nous, nous développons un sentiment de sécurité, de bien-être. Nous pouvons faire de même avec les autres et construire notre vie avec sagesse. La clé du calme extérieur est d’avoir bon cœur, une bonté altruiste. En fonction de la qualité de notre monde intérieur, nous aurons un impact positif sur le monde extérieur.

Nous pouvons apprendre à apprécier l’importance de l’affection. Nous avons la chance d’avoir eu une mère qui a planté en nous la graine de la compassion. C’est une chose que nous devons faire germer.

On peut voir des différences importantes entre familles. Dans certaines, il règne une belle harmonie malgré le peu de moyens financiers. Dans d’autres, parfois très riches il règne de l’animosité. Ce sont parfois des familles où les personnes sont éduquées mais s’il n’y a pas de bienveillance, elles ne seront pas heureuses. Le véritable bonheur vient de l’intérieur.

Etre trop centré sur soi entraîne un sentiment d’insécurité et de méfiance par rapport aux autres et nous fermons les portes aux autres. En revanche, la compassion permet de créer une grande famille avec les autres. L’harmonie avec les autres est possible si nous parvenons à rester simple et à être en confiance avec ceux qui nous entourent.  Il est également important d’apprendre à se considérer comme un simple être humain et prendre conscience que nous partageons la même humanité avec les autres. Pour le dalaï lama, il n'y a pas de différences entre parler à mille ou à une seule personne.

Il est donc essentiel de s’ouvrir aux autres pour être heureux alors que le sentiment d’un moi exacerbé mène à la dépression et à l’insécurité.

Il convient ainsi de s’exercer à apaiser son mental en dépit des difficultés que nous rencontrons pour vivre en bonne santé.

C’est également important de cultiver une vision ouverte et globale des choses pour notamment promouvoir la coopération dans l’ensemble de l’humanité. Nous devons développer des relations basées sur la confiance et l’honnêteté. Si nous restons englués dans l’égoïsme, ce ne sera pas possible pour nous de développer la confiance mutuelle et l’amitié.

Pour développer la faculté de bienveillance, l’éducation a un rôle à jouer afin que cette valeur devienne universelle.

Les problèmes récents en Angleterre dans un pays qui est pourtant très calme habituellement démontrent des lacunes dans l’éducation. Si les notions de non violence, de paix et de dialogue étaient davantage développées, les personnes en grandissant pourraient appliquer des antidotes à ces comportements.

Nous avons tous une responsabilité pour œuvrer à la paix car elle ne va pas nous tomber dessus sans que nous ne fassions rien.

Le XXème siècle a été particulièrement sanguinaire et nous devons tâcher de faire en sorte que le XXIème siècle soit le siècle du dialogue. Devant les problèmes, il est urgent de s’asseoir face à face pour en discuter.

En vue d’améliorer cette coopération entre les hommes, les solutions proposées par le Dalaï Lama sont :

-       accroître la valeur humaine dans l’éducation

-       diminuer les écarts entre les riches et les pauvres

-       diminuer la corruption

Pour y arriver il est essentiel d’avoir de la volonté et de la détermination qui ne seront possibles que si nous nous sentons concernés par le sort de l’humanité !